Buggy Punch « Coucou des bois » 1


Le buggy Punch « Coucou des bois » de M. Jean LATCHERE

Notre carnet de route (ou plutôt de chemin) nous conduit aujourd’hui près de MAULEON, à ORDIARPLAMBARRE. C’est avec un brin de nostalgie que nous arrivons dans cet endroit chargé d’histoire au volant d’un « BAB ». Notre hôte, monsieur Jean LATCHERE, a répondu avec enthousiasme à notre sollicitation. Il nous a ouvert sa « grange » afin que nous puissions revoir de près son Punch Buggy à moteur Renault.

Retrouvailles sur fond de lac entre Jean Latchère et Jean-Michel Lopez…

…anciens complices de l’ASA des Montagnes de Soule

Malheureusement, il s’agit, d’un prototype n’ayant plus de passeport technique pour continuer à courir. Il ne peut pas non plus participer à l’historique du Rallye des Cimes car il n’est pas immatriculé. La seule manifestation pouvant lui offrir l’opportunité de rouler serait l’historique du Rallye du Haut-Bugey (circuit privé Bugey-Bug).
Aujourd’hui hélas, un grand nombre de voitures de ce type sont remisées. Combien de STRAKIT, de PUNCH, de FLAC, de protos maison ayant animé les rallyes tout-terrain sont dans ce cas ? Certainement beaucoup !

Le Punch « Coucou des bois », il l’a acheté neuf au constructeur M. Gérard MAURIN, fin 1978 et l’a toujours gardé, c’est une première main. Passionné par cette discipline, « Jeannot » pour les intimes a couru quelques rallyes à son volant mais va  rapidement endosser le costume d’organisateur (voir plus loin).
Pour autant, ce Punch continuera de courir, il sera prêté notamment aux journalistes M. Gérard BERLIET (FR3) et M. Roger Gicquel (TF1).

Il passera à l’époque un ou deux hivers dans notre garage familial pour maintenance. Il faut dire que son point faible était sa boîte à vitesse. A chaque rallye, un composant volait en éclats. C’était une boite de « combi » de série. A première vue, le buggy est presque d’origine, seule sa teinte est légèrement plus foncée qu’à l’époque et sa transmission a été remplacée.

Train avant de VW Cox

Boitier de direction ZF de Combi VW T2 B. L’amortisseur de direction a été conservé.

Fusée de Cox renforcée. Elle n’a pas bronché depuis 1978

Le pédalier VW n’a pas été conservé comme sur les Pachiaudi

L’ensemble est très soigné et adapté au pilotage en rallyes de plaine ; les surfaces sont agrandies.

Ces cardans étaient ceux qui étaient montés à l’époque sur les Punch

On dirait qu’ils sortent d’un atelier pour mécaniques agricoles.

Train arrière de Cox 1302 à cardans, avec bras tirés rallongés

Barres de torsion courtes pour pouvoir mettre des roues en 16’. L’encrage de l’amortisseur d’origine est avantageusement remplacé par un montage plus performant.

Ce buggy est pour l’époque, de construction soignée et sa silhouette est très réussie. Baptisé ‘’formule 1 de la terre’’, il marque l’avènement des protos fabriqués par des constructeurs patentés. A l’instar des STRAKIT, ils préfiguraient l’arrivée des buggys RIVET, FOUQUET, PHIL’S CAR, etc.
N’oublions pas que jusqu’alors, chacun fabriquait son « engin » dans son coin (ce qui ne manquait pas de charme d’ailleurs…).
Avec quatre freins à disque, c’était le grand luxe.

Publicité d’époque

Le moteur provient d’une RENAULT 20 TS 1995 cc. Équipé d’un arbre à came en tête (latéral jusqu’alors sur les moteurs R16) ce quatre cylindres en ligne développe 110 chevaux avec ses deux carburateurs double corps WEBER. Un filtre à air maison en polyester donne un aspect sportif à l’ensemble.

Les carburateurs Weber

Le filtre à air

L’habitacle est très exigu. On y est assis très bas et très proche de son co-pilote. Ce devait être très impressionnant de rouler en course dans un tel cockpit. La présence des deux réservoirs latéraux est peu rassurante.

Le levier de vitesse de Cox est conservé

De temps à autre les fils de ‘’Jeannot’’ le remettent en piste, pour le plaisir, car il est encore en état de marche.
La visite terminée, Jean LATCHERE referme la porte de cette grange remplie de tant souvenirs.

Nous repartons et en chemin nous nous arrêtons quelques instants là où précisément le départ de la ronde des Montagnes de Soule était donné. Le circuit du lac, combien de pilotes se sont élancés d’ici ? Sûr qu’ils s’en souviennent encore des pentes à 35%, de la montée du portail, des descentes vertigineuses, de la terre glaise ou de la poussière.

Nous ne pouvons pas repartir d’ici sans essayer de se remémorer tout ce qui s’y est passé.

A suivre…

Maxime Lopez



Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Z'êtes un humain ? *

Commentaire sur “Buggy Punch « Coucou des bois »

  • chardin

    Bonjour
    Je me suis toujours senti à l’aise à la place de droite avec Gérard Maurin comme avec Gilles Nantet, mais il n’y avait pas de réservoirs latéraux…( Gérard avait une préférence pour déraciner les arbres du coté droit comme à Nancy…)
    Que de bons souvenirs.
    Eric Chardin à droite d’ Yves en 2018 pour une dixième participation.
    Amitiés à tous.