Épilogue   Mise à jour récente !


du 63ème Rallye des Cimes

Rallye des Cimes 2019 à Iraty

Quel formidable week-end vous m’avez fait passer !

Souvenez vous, je vous avais dit dans mon programme que j’avais tout préparé sauf le scénario. Je vais tenter de répondre aux questions que j’avais posé.

Ambeltze a confirmé la présence des SSV avec Fourmaux, Guyette et Dayraut. Mais un buggy à moteur de moto a surpris bien du monde. Et ce n’était pas fini ! Qu’en aurait-il été de Bouchet ? Nous ne le saurons jamais, mais sans ce maudit câble d’accélérateur…

Dronde ne prenait pas le départ ; le beau temps était au rendez vous. La lutte allait être terrible.

Guyette et Fourmaux ont lancé les hostilités sur Mehatze et Hegixuria. Hirigoyen leur a répondu sur Occabe.

Fourmaux aurait pu entrer sur Licq en leader. Mais sa courroie en décida autrement. Les jeunes cousins Garicoix restaient au contact toute la journée et se retrouvaient devant tous les grands noms du tout terrain.

Sohüta faisait son entrée dans la grande famille des Cimes. Elle allait bouleverser le classement. Mathieu Hirigoyen y laissait une transmission et ses chances de victoire.

Dayraut abandonnait sur Espes-Mauléon ; Sargeant et Bozom défendaient leurs positions dans leurs catégories respectives, tandis que Fourmaux poursuivait sa folle remontée.

Pendant ce temps là, un islandais découvrait les Cimes et en prenait plein les yeux. Le public venait avec ses glacières et pouvait profiter du spectacle et du panorama.

Départ Occabe 2019

La Madeleine approchait et c’est le moment où les Garicoix décidèrent de montrer qu’ils étaient les patrons. Cassiede s’arrêtait sur cette terrible rampe.

Un deuxième passage sur Sohüta rapprochait un peu plus Guyette et Costes.

La dernière Madeleine allait donner son verdict. Fourmaux était définitivement le performer du week-end avec sept scratchs sur onze spéciales. Costes, au prix d’une grosse attaque s’adjugeait la deuxième place. Guyette était troisième. Clarkson faisait le spectacle mais la machine n’en voulait plus. Foucart, Chopin, Abadie nous gratifiaient d’une belle mélodie. Les Etchecopar nous inquiétaient, Bozom n’arrivait pas….

Nous voilà donc réunis autour de cette place de Tardets pour la remise des prix.

J’ai vu de l’émotion dans le regard de ceux qui ont franchit la ligne d’arrivée, de la joie chez Castege vainqueur du Légend group, de la retenue dans les mots de Guyette.

J’ai aimé l’humour de Sargeant quand son dauphin Lom jouait le traducteur.

J’ai beaucoup apprécié le respect de Clévenot, qui a porté Bozom, vainqueur moral des deux roues motrices jusqu’à la première marche du podium.

Et, cerise sur mon gâteau, j’ai vécu un instant inoubliable quand Jean et Jérôme Garicoix sont montés sur le podium. Posés dans leur pilotage comme dans leurs paroles, leur montée sur la plus haute marche était plus hésitante que leurs accélérations sur la piste. Leur talent n’a d’égal que leur simplicité et leur humilité. C’était beau à voir et à vivre. Je leur souhaite que cette victoire en appelle d’autres.

Jean, Jérôme, après Anicet, c‘est avec fierté et une grande satisfaction que j’ai inscrit votre nom sur mon palmarès. Avant vous, seules deux familles étaient parvenues a y réunir plusieurs de leurs membres : la famille Bouchet avec Sauveur, Guillaume, Arnaud et la famille Iribaren avec Joseph et Didier. 

Merci à tous, participants, partenaires, propriétaires, bénévoles, spectateurs pour ce magnifique 63ème anniversaire.  J’ai passé trois jours exceptionnels en votre compagnie. Vous m’avez gâté.

Le Rallye des Cimes.



Plateau d'Iraty 2019

What a tremendous event I spent with you!

Remember, I told you in my program that I had prepared everything, beside the scenario. I will now try to answer some of the questions I had asked.

Ambeltez acknowledged the presence of the SSV, with Fourmaux, Guyette and Dayraut. A motorcycle engine powered buggy created a surprise though. But that wasn’t all. What would have happened with Bouchet? We will never know, hadn’t it been because of that throttle cable…

Dronde didn’t compete this year. Good weather was there. The fight promised to be hard.

Guyette and Fourmaux fired first, in Mehatze and Hegixuria. Hirigoyen fired back in Occabe.

Fourmaux could have reached Licq as the leader, at the end of the day. But his belt decided otherwise. The Garicoix cousins kept in touch all day and ended up ahead of all the well known names of the off-road racing.

Sohüta made its first steps among the family of my stages. She turned the positions upside down! Mathieu Hirigoyen broke a transmission there, and let all chances of victory escape.

Dayraut gave up in Espès-Mauléon. Sargeant and Bozom where fighting to keep their positions, in their own categories, while Fourmaux kept at his insane come-back.

During this time an islandic fellow was discovering the rally and filling his eyes ! The public was there with its picnics and envoyed the competition as well as the scenery.

At the start of Occabe, Cimes 2019

The Madeleine was approching, that’s when the Garicoix’ decided to show who was the boss. Cassiede quit on that terrible slope.

A second run on Sohüta allowed Guyette and Costes to come closer up.

The last run on Madeleine gave the verdict. Fourmaux showed up to be the real performer of the week-end, with seven scratches oout of eleven stages. Costes, after big attacks, took a hold of the second place. Guyette ended third. Clarkson made the show, but his machine ran out of breath. Foucart, Chopin and Abadie gace us nice melodies. We worried for the Etchecopar’s and Bozom wasn’t there anymore…

We are now on the central place, in Tardets.

I saw emotion in the eyes of those who reached the finish line, joy in Castege, leader of the Legend group, and weighted words with Guyette.

I liked the humor of Sargeant, when translated by his follower Lom.

I did appreciate the respect of Clévenot, when he invited Bozom on the upper step of the podium, as the moral winner of the 2 wheel drive category.

And, the cherry on the cake, I witnessed a unique moment when Jean and Jérôme Garicoix climbed on the podium. As calm in their driving as in their words, their way up to the upper step was more hesitating than their accelerations on the stages. Their gift has no equal as their simplicity and humility. That was a tremendous thing to see and experience. I wish this victory calls for many more.

Jean, Jérôme, after Anicet, it is with great pleasure that I added your name on my winners’ list. Before you, only two families had succeded in reuniting several members to my winners’ list : the Bouchet family with Sauveur, Guillaume and Arnaud, and the Iribaren family with Joseph and Didier.

Thanks to all the participants, sponsors, private land owners, members of the écurie des cimes and ASAC Basco-béarnais, and you all, public for this wonderful 63rd edition. I spent 3 beautiful days with you. You spoiled me.

The Rallye des Cimes

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Z'êtes un humain ? *