Muschang 2


Restauration de la Renault-Muschang de Marcel RICARTE

la célèbre N°10 de 1968

Rappel historique

En 1967, lors de la XIème édition du rallye des cimes, les belges MUSCHANG et DELFERIER se présentent au volant de deux drôles de bolides. Il s’agit de deux véhicules BIMOTEURS (sur base R4 SINPAR), qui  vont s’élancer à l’assaut des montagnes basques. Léopold MUSCHANG terminera second, derrière le vainqueur  de l’épreuve, le parisien GOSSIN et son puissant Land Rover 6cylindres.

Christian DELFERIER abandonnera dans OCCABE à cause d’un cardan déboité.

En 1968, pour la XIIème édition, les deux belges sont à nouveau au départ. Gonflés à bloc, ils comptent bien remporter l’épreuve. La machine de MUSCHANG a été encore améliorée. Le moteur de R6 (45cv) est conservé à l’avant et un moteur de R8 S alimenté par un carburateur double corps weber développant 75 cv  est monté à l’arrière sur une traverse de R8. Le moteur est même positionné avec de l’angle afin que les carburateurs fonctionnent mieux dans les terribles montées du rallye. Deux contacts, deux démarreurs, deux comptes tours, deux leviers de vitesses. Imaginez ! Il est possible de franchir un passage ardu en première sur le moteur avant et en troisième sur celui de derrière, le tout pour un poids total de 850 kg. C’est l’arme ultime pour gagner les cimes en cas de condition météorologiques dégradées.

Celle de DELFERRIER est  équipée de deux moteurs de R4 de série.

De leur côté, le tarbais  Marcel, RICARTE et le jeune palois Lucien COLLET s’alignent au départ au volant de deux RENAULT 4X4 SINPAR. Une carrosserie en polyester de MUSCHANG est montée sur le châssis de leur SINPAR. Un moteur de R8 S remplace le moteur d’origine.

Marcel RICARTE a déjà remporté les cimes en 1960 sur une JEEP et  la classe II en 1967 sur une RENAULT SINPAR de série.  C’est sa onzième participation. Le surnom de « trompe la mort » lui colle à la peau depuis qu’il fut éjecté de sa JEEP sur un saut et retrouvé K.O. Il reprit connaissance avant de repartir et de remporter l’épreuve.

Lucien COLLET a une seule participation à son actif, c’était en 1967 sur une  JEEP FORD d’usine. Il dut abandonner.

Lucien COLLET avec RICARTE et MEN0U

Au bilan, deux RENAULT MUSCHANG BIMOTEUR et deux RENAULT 4 SINPAR à carrosserie MUSCHANG vont tenter de détrôner les vieilles JEEP et les 4X4 traditionnels commercialisés (LAND-ROVER, STEYER-PUCH, COURNIL)

Le rallye démarre par la spéciale de Teinture. Arnaud BOUCHET réalise le scratch sur sa JEEP HURRICANE, devant l’étonnant Lucien COLLET.

Christian DELFERRIER perd déjà toutes ses chances. On lit son désarroi sur son visage, il vient de déjanter la roue arrière gauche.

Avec l’aide du public, il parvient à réparer et à reprendre la piste

L.  MUSCHANG, perd tout espoir de victoire. La garde au sol de son véhicule est telle que les cardans trop courts se déboitent à chaque spéciale. Les cardans à coulisseau qu’il attendait de Belgique furent bloqués par une grève.

Le N°8 Lucien, COLLET effectue une course régulière, bien que son bolide doive toujours garder le maximum d’élan, car le moteur n’a pas beaucoup de couple et doit tourner à un régime élevé pour être efficace.

Le N°10 RICARTE, perd du temps en raison d’une crevaison et connait des problèmes de suspension car il ne ménage pas sa monture.

Lucien COLLET au départ des « forges de LARRAU » pour la spéciale mythique du CELHAY menant à ORGAMBIDESCA.

La pente est bien présente, heureusement le terrain est sec. Le public se presse pour voir passer ces « héros » des temps modernes.

A l’arrière les JEEP ont du mal à tenir le rythme, la piste est par endroits si étroite qu’à la moindre erreur c’est la sortie de route.

Raymond TOFFOLO

L’épreuve se déroulait en juillet, il faisait très chaud et certain véhicules connurent des problèmes de chauffe.

Arnaud BOUCHET

Robert LEGRAND, sur un LAND ROVER 6 cylindres de 130 cv domine les débats. Il réalise Cinq meilleurs temps sur les huit épreuves au programme. Il possède plus de trois minutes d’avance quand il se voit pénalisé suite à une erreur de parcours dans une liaison.

Placé en embuscade, alors qu’il n’a que 26 ans, LUCIEN COLLET remporte le rallye des cimes sur sa R4 personnelle.

 

Retrouvailles entres les protagonistes de l’époque lors de la 50 ème édition du rallye (septembre 2006) accompagnés de JEAN AGUERRE et George DEBUSSY.

Lucien COLLET est toujours resté attaché aux rallyes tout-terrains. En 2006, âgé alors de 68 ans, il participe au 50 ème rallye des cimes au volant de la mégane HONDA qu’il a racheté à Cyrille OMNES. Il fera une nouvelle tentative en 2007 avant de jeter l’éponge.

Avec les premières éditions de « l’historique du rallye des cimes » il retrouve l’envie de bricoler les mécaniques simples de sa jeunesse. Il se met à rechercher son ancienne R4 SINPAR à carrosserie  MUSCHANG , la N°8 victorieuse en 1968.

A suivre ….

Maxime Lopez



Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Z'êtes un humain ? *

2 commentaires sur “Muschang