Pachiaudi de papy Villeneuve 3   Mise à jour récente !


Sortie de grange, après 32 années

Le Pachiaudi 2 roues motrices de « papy Villeneuve »

Armada Pachiaudi

Ci-dessus, au début des années 80, l’armada Pachiaudi à l’assaut des chemins :

  • le n° 26 : « papy Villeneuve »
  • le n° 2 : Jean Aguerre
  • le n° 7 : Pierre Garnier
  • le n°4 : Yves Pachiaudi

Dans les années 1970, « papy » Villeneuve était un assidu de la ronde du LABOURD et du rallye des CIMES. Il pilotait un buggy LM deux roues motrices à moteur VW. C’était le « chouchou » du public car son petit buggy était toujours à la limite de l’immobilisation dans les passages de franchissement qui ne manquaient pas à l’époque. Sur son visage on pouvait lire les souffrances ressenties par la mécanique de son buggy. La spéciale d’Orgambidesca et son mur du « celhay » lui ont donné du fil retordre.

En 1981, il acquiert un buggy Pachiaudi à moteur VW Porsche. Avec, il participe aux rallyes organisés dans le Sud-Ouest dont le Rallye des Cimes .

A cette période apparaissent les épreuves d’endurance Tout terrain. Il remportera les 6H de Lambarre.

Malheureusement, il décèdera au milieu des années 1980. Depuis son buggy n’a plus bougé de son garage.
Au printemps 2017, son petit-fils décide de donner une seconde vie à ce buggy.

Qui mieux que le constructeur lui-même pour faire un état des lieux. Nous avons eu la chance d’y assister.

Quelle émotion de revoir après tant d’années ce buggy ! A la différence des véhicules rencontrés à l’occasion du rallye des cimes « l’historique », celui-ci est tel qu’il a été remisé à l’époque, son authenticité nous procure un plaisir rare. Le châssis est d’origine, il n’a subi aucune modification.

Le tableau de bord minimaliste (pas de Kevlar)

Le Moteur : Il s’agit d’un moteur VW – Porsche, refroidi par air, né de la collaboration entre les deux marques et qui équipait les Porsche 914. Sa puissance est de 100 cv.
C’est une base de 2 litres 4 cylindres à injection, mais ayant reçu un kit portant la cylindrée à 2.4 L. Il n’est pas bloqué.

Deux radiateurs d’huile ont été rajoutés pour améliorer son refroidissement. Le souci rencontré à l’époque sur ces moteurs appelés aussi T4, était le refroidissement des cylindres dont le n°3 avait tendance à gripper.

La boite à vitesses : Il s’agit d’une boite de combi vw T2 préparée à l’époque par les établissements Marrel et Pelin afin d’avoir des rapports plus courts et mieux étagés.

Les arceaux, l’échappement, les ailes, tout est d’origine !!!

Il est très rare de trouver des buggys dans cet état-là. Celui-ci n’a appartenu qu’à « papy Villeneuve ». Il n’a pas eu à subir les affres des propriétaires successifs qui, dans le but de les maintenir au goût du jour effectuent souvent de hideuses transformations.

Aujourd’hui le buggy de « PAPY » est entre de bonnes mains, et peut-être le verrons-nous rouler à nouveau ?

Merci à Yves Pachiaudi de nous avoir invité à cette découverte,
Maxime Lopez



Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Z'êtes un humain ? *

3 commentaires sur “Pachiaudi de papy Villeneuve

  • Michel URRUTY

    Sa réelle authenticité est indéniable ce qui lui procure un charme fou !
    C’est une perle rare du passé comme il y en a malheureusement plus…
    Une telle histoire ne pouvait pas s’ achever dans l’ oubli et l’ indifférence .
    On ne peut que se réjouir du fait que quelqu’un lui donne une seconde vie !..

  • Oldra' Francois

    C’est une belle histoire . Amicalement . F
    Nb . L’ecurie Lantivy souhaiterait retrouver le MILBUG de Pachiaudi. ..mais les recherches restent vaines au sein de l’armée de terre ( pour le moment ) . Si vous avez quelques informations à ce sujet , ayiez l’amabilité de nous en faire part . Merci .

  • goyhenetche pierre

    que d’émotions de revoir la perle dans de bonne mains , et pour cause , j’ai été un des copilotes de papy , après quelques rallie avec le LM que j »ai poussé , tiré ,remis sur la piste , soudé de tout les cotés . le rêve de papy est arrivé . la perle qui avait une longueur d’avance , construite, pour ces vrais courses tout terrain , une fiabilité incroyable a nos yeux , après course , le nettoyage , on n’avait plus assez de travail, rien ne bougé, vous pourrez constater plusieurs éléments montés en doublure en cas de panne » , qui n’ont jamais servi d’ailleurs . j’ai eu même le privilège de conduire la perle lors d’une pti course interne a l’asa cb organisé par mr etcheverria sur des pistes de st pée qui sont toutes devenues des spéciales du labour . bravo ERIC , chapeau bas a YVES , amitiés a jean aguerre ,pierre garnier , bernad ,a la grande famille du TT de l’époque , a toi julien . . . tu es une légendes toujours vivante